Le Yoga est un  art de vivre complet, respectueux de la conscience, du corps et de l’environnement naturel. La vie de certains Yogi est exemplaire et définit clairement cette dimension.

Voici quelques uns d’entre eux:

– Ta Mo ou Boddhidharma (440-550)

bodhidharma-total-abstraction

Ta Mo était un prince tamoul, originaire du sud-ouest de l’Inde. Il fût un très grand expert en hatha yoga et en kalaripayat (art martial indien), avant de devenir moine bouddhiste itinérant et un très grand voyageur.

Il est notamment connu pour avoir réformé le très célèbre monastère chinois de Shaolin et pour être le Père fondateur du Zen.

Ce grand Yogi est sans conteste le plus grand patriarche des arts externes (martiaux) et internes ( Qi Gong) chinois.

 Lalla ou lalleshvari

lalleshwari

Lalla (1320-1392)  était une merveilleuse femme yogi (ou yogini) shivaïte. C’était aussi une poétesse tantrique des plus étincelantes, une grande mystique et l’artisane d’un profond rapprochement entre les yogi de confession musulmane, hindouistes et soufis. C’est encore aujourd’hui un exemple incontesté de patience et de tolérance infinie.

– Swami Sivananda et Swami Vishnudevananda.

l
Swami Sivananda (à gauche)  et  Swami Vishnudevananda.

-Swami Sivananda (1887-1963) ou « Swamiji »  est un maître spirituel hindou (Sivaïste) et un Saint homme vénéré encore de nos jours sur tout le continent indien.

C’est le premier Brahmane à avoir rendu massivement accessible la connaissance et la pratique du Yoga traditionnel aux classes populaires de son pays et aux étrangers.

Il est l’auteur de 296 livres, notamment sur le Yoga et le Vedanta. Ces ouvrages sont pour la plupart en téléchargement libre sur le site de la Divine Life Society, qu’il fonda en 1936.

Il a réuni la quintessence de tous les yogas traditionnels (bhakti, jnana, raja et karma yogas) dans une forme de yoga unique dite « Intégrale ». Il a résumé son contenu dans une  seule instruction: « servez, aimez, donnez, purifiez-vous, méditez, et réalisez-vous ».

Ses deux plus grands  disciples furent Swami Satchitananda et Swami Vishnudevananda. Ces derniers  quittèrent l’Inde pour diffuser la connaissance et la pratique du Yoga traditionnel dans le reste du monde.

-Swami Vishnudevananda (1927-1993) est un des plus grands disciples de Swami Sivananda. Il est le fondateur des « Centres Internationaux Sivananda de Yoga Védanta   » (International Sivananda Yoga Vedanta Centres), dont l’unique objet est la propagation des enseignements de Swami Sivananda.

L’ensemble de ces Centres forme à ce jour, la plus grande et la plus ancienne organisation de Yoga traditionnel au monde.

vishnu-devananda
Swami Vishnudevananda

– Shree Guru Jambeshwar Bhagwan (1451-1536) et Amrita Devi

 Shree Guru Jambeshwar Bhagwan (ou jambhoji) est un maître spirituel hindouiste (vishnouïte). A la différence de Swami Sivananda, Jambhoji appartenait à la caste des guerriers de l’Inde : les kshatriya. C’est une différence importante, qui a fait de son yoga, un art de vivre beaucoup plus militant et en particulier pour la cause écologique et la biodiversité.

A l’age de 34 ans, Il créa le mouvement Bishnoï, fondé sur 29 préceptes conformes à ceux du Yoga et sur le respect inconditionnel de toutes les formes de vie: humaines, animales et végétales.

bishno
Outre le végétarisme de la communauté, les femmes Bishnoïs sont connues pour allaiter au sein de jeunes antilopes – très présentes dans la région – et luttent activement contre le massacre de leurs arbres.

L’activisme écologique propre aux bishnoïes a pris une tournure dramatique en 1730, lorsque le mahârâja Ajit Singh de Jodhpur envoya des bucherons (ses soldats) dans les villages aux alentours, pour couper les gros arbres afin d’alimenter ses fours à chaux et rénover son palais.

Ses hommes se rendirent sur les terres bishnoïes pour abattre des arbres : les Bishnoïs sortirent de leur village, et leur demandèrent de ne pas couper les arbres, expliquant que c’était contraire à leurs préceptes religieux.

Le maharadja confirma son ordre et les soldats commencèrent malgré tout à couper les arbres.

Une femme de la communauté, Amrita Dévi, ainsi que ses filles et d’autres femmes, s’interposèrent pour leur interdire cet abattage des arbres. Elles entourèrent chacune un arbre de leurs bras pour le protéger. Puis les hommes, les vieillards et les jeunes suivirent l’exemple des femmes et prirent tous un arbre à bras le corps…

Ces 363 personnes furent massacrées pour avoir tenté de protéger les arbres.

Il n’existe pas d’autre exemple dans l’histoire humaine où des êtres humains ont offert leur vie pour sauver des arbres.

Face à un si grand courage, le maharaja de Jodhpur se rétracta et ordonna que les zones qu’ils habitaient deviennent sacrées et qu’en ces lieux nul étranger à leur religion ne manque de respect à leurs 29 commandements et y obéisse sans tergiverser en ne tuant ou en ne blessant ni animaux ni arbres.

Amrita Devi est sans conteste la plus exemplaire et la plus courageuse de toutes les yogini.