Le grand jour est venu: vous passez votre examen pratique pour obtenir votre permis de conduire. Lorsque vous démarrez la voiture de l’Auto-école, avec un évaluateur au visage sévère sur le siège passager, vous savez que vous devrez être vigilant mais pas trop excité pour rester attentif et ne pas faire d’erreurs. Vous devez impérativement demeurer lucide.

Les êtres humains fonctionnent de manière optimale à un niveau équilibré de vigilance et de tranquillité. Trop de relâchement ou de vigilance, le jour, génère trop de somnolence ou d’excitation. Trop de relâchement ou de vigilance, la nuit, abolit le sommeil paradoxal ou génère de l’insomnie. L’idéal est de vivre avec lucidité, ici et maintenant, en pleine conscience, dans un corps aussi tranquille que vigilant.

Cet état d’équilibre dont les yogi raffolent, est rendu possible grâce à la présence de deux types de cellules localisées dans la région du locus coeruleus: Des neurones gabaergiques, qui peuvent modérer un excès inopportun de vigilance, d’excitation ou d’anxiété. Des neurones noradrénergiques qui peuvent augmenter notre vigilance, notre excitation et focaliser notre attention. Des chercheurs ont remarqué que ces 2 types de cellules sont très proches dans le LC et peuvent aisément interagir les unes avec les autres.

Cette interaction est notamment visible à travers le reflexe pupillaire. Plus nous sommes jeunes, avec une attention défocalisée sur un objet éloigné, excités, voir apeuré ou surpris et plus notre pupille s’élargit facilement (mydriase). A l’inverse, plus nous sommes relâchés, focalisés sur un objet proche et plus elle se rétrécit (myosis).

Les neurones de plus de 50 régions du cerveau sont connectés au LC. La plupart d’entre elles sont connectées à la fois aux neurones LC-NA et LC-GABA.

Les yogi s’entraînent depuis toujours à la lucidité psychique pour mieux contrôler leurs actions, se défaire de leur égocentrisme émotionnel et demeurer dans la pleine conscience. Ils y parviennent sans aucun doutes grâce à l’activation de ces deux types de cellules.

Dans leur pratique du kundalini yoga, ils appellent le locus coeruleus « Ajna chakra », en référence à son action régulatrice de l’excitation et du relâchement. Ils le localisent derrière et entre les deux sourcils, sur la partie supérieure de la moelle épinière, dans le tronc cérébral, sur un axe spino-cérébral de référence qu’ils appellent « sushumna nadis ». Par leur méditation sur cette structure, ils peuvent acquérir le plus grand des pouvoirs: la lucidité, l’éveil et la capacité de se défaire des conséquences de leurs actions passées (bonnes ou mauvaises).